Tool - Lateralus (2001)

Aller en bas

Tool - Lateralus (2001)

Message par Barak le Sam 10 Mar - 18:26



Tracklist
1. The Grudge 2. Eon Blue Apocalypse 3. The Patient 4. Mantra 5. Schism 6. Parabol 7. Parabola 8. Ticks And Leeches 9. Lateralus 10. Disposition 11. Reflection 12. Triad 13. Faaip De Oaid

-----------------------------------------------------------

Une chronique un peu particulière pour moi (oui je parle à la première personne tant cette chronique manquera d'objectivité), pour un album qui m'a marqué au plus haut point. Oui c'est lui, c'est l'élu, l'album qui, si je ne devait en emmener qu'un sur une île déserte, ferait le voyage avec moi. L'album qui a changé ma perception de la musique, qui m'a touché au plus profond de mon être, l'album que je pourrais écouter en boucle pendant des jours sans en avoir marre, l'album ultime...

"Lateralus" sort 5 longues années après le tonitruant "Aenima" qui marquait la ouvelle direction musicale emprunté par le groupe. Beaucoup attendaient Tool au tournant, pourront-ils faire mieux que ce chef-d'oeuvre? Surtout qu'entre temps Maynard s'est offert une petite escapade avec le premier album de A Perfect Circle. Y'a-t-il toujours la même envie de nous transporter au confin de nos émotions de la part du combo Californien? "Lateralus" apporte bien plus qu'une simple reponse, l'album prouve que le groupe n'a pas abbatu toutes ses cartes et qu'il reste encore bien des tours de magies dans le chapeau de Maynard and co.
Le grand point fort de "Lateralus" par rapport à son prédécesseur est la cohérence qui lie les morceaux entre eux. En effet une ambiance plus homogène nous frappe rapidement, Tool a crée un album très froid, très sombre, metallique, robotique ("The Grudge") créant une cohérance entre les morceaux là ou un "Aenima" n'en avait peut-être pas suffisament.
Techniquement Tool se sublime là encore, montrant son importance au sein de la scène métal-prog. Danny Carrey est tout au long de cet album éblouissant, son jeu de batterie est polyvalent à souhait, capable d'une rythmique groovy sans faille ("Schism") comme d'un jeu puissant et rapide ("Ticks and Leeches" et son intro démentielle).
Pour Adam et Justin, c'est du tout cuit, leurs jeux bien particuliers qui faisaient le bonheur des auditeurs d'"Aenima" est encore un sans faute. La basse de Justin ne se contente pas de donner un rythme elle est une pièce maîtresse de la musique de Tool. Il suffit d'écouter "Schism" et son intro pour s'en convaincre, ce gars là a un truc en plus. Adam lui se fait plaisr et envoie des riffs déchirants, transperçants, tourbillonants sachant aussi bien faire dans la douceur que dans la montée de colère.
La colère élément central de "Lateralus" tant les pistes sont ponctuées de moments de rage pure accentués par la voix de Maynard. Mais quand s'arretera-t-il celui là? Sa voix fait encore des miracles, passant de l'apaisement le plus total à la colère d'un écorché vif en un instant, des variations splendides qui prennent aux tripes et qui ne vous lâchent plus. La preuve la plus convaincante est certainement la pièce centrale de l'album et ,je dois l'avouer, pour moi la pièce maîtresse de la discographie de Tool. Je veux parler du dyptique "Parabol/Parabola". La première piste est planante, très lente, d'une orchestration minimaliste et précède une explosion de puissance à l'état pure, un morceau haletant, touchant, beau, planant et violent à la fois il est la parfaite synthèse de la musique de Tool. S'en suivent 2 pistes là encore entrée dans le top des composition de Tool, le surpuissant "Ticks & Leeches" ainsi que l'ondulant "Lateralus". Et sans crier gare débaroulent alors les ovnis de l'album, le duo "Disposition/Reflection", qui ressemble à une bouffée d'air frais. Car si la noirceur et la froideur semblaient avoir pris le dessus tout au long de l'album, il se dégage de ses 2 pistes une impressionnante sensation de chaleur, d'allegresse aux notes apaisantes, le rayon de soleil qui transperce les nuages qui surplombaient nos têtes. Mais pour peu de temps car prenant tout le monde de court et alors que l'on pensait le jour levé "Triiad" vous explose à la tronche, une brève montée en puissance avant que les 3 musiciens ne se lâchent complètement et ne jettent leurs dernières forces dans la bataille avant de finir sur une "outro" bruitiste et mysérieuse...

Bien que basé sur une structure semblable à "Aenima" (morceaux longs entrecoupés d'interludes), "Lateralus" n'en est pas moins très différent, plus cohérent et d'une ambiance plus uniforme sans pour autant être monotone où ennuyeux. Mais là où certains reprochent à Tool d'en avoir trop fait techniquement rendant l'album encore plus difficile d'accès, on ne peut que saluer la prise de risque d'un groupe qui se laisse porter par ses envies et qui n'a que faire de se rendre plus audible pour augmenter le nombre de ses fans. Et puis de toute façon Tool, malgré l'incroyable complexité de sa musique ne cesse de séduire... Comme d'habitude une seule écoute ne suffira pas, loin de là pour saisir toutes les subtilités que renferme cette boîte de Pandore qu'est "Lateralus", il n'en demeure pas moins que cet album est un nouveau coup de maître, nouveau sans faute, nouveau coup de génie, à vous de choisir la formule qui convient le mieux

19.5/20
avatar
Barak
Chroniqueurs
Chroniqueurs

Masculin Nombre de messages : 1450
Age : 32
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 18/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://www.metalsickness.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum