Chrome Division

Aller en bas

Chrome Division

Message par Drajl le Ven 25 Aoû - 23:39


Le cambouis, la sueur, la bière et des Harleys rutilantes, voilà l'imagerie à laquelle me fait penser ce "Doomsday rock n'roll"...
30 ans après ses débuts, Lemmy et sa bande font apparemment toujours des émules, ce qui quelque part me ravi car ce mec loin de l'iconographie proprette du Metal actuel est l'incarnation ultime de tout un idéal et du Rock puissant et graisseux qui l'accompagne. Sur cette galette, tout fait songer à Motorhead: un son garage, une basse ronronnante en avant, un chant graveleux et de courts solos incandescants prêts à tout dévaster sur leur passage... C'est bien plus qu'un clin d'oeil que rend Chrome Division au groupe de monsieur Kilmister, y compris au niveau de la pochette avec son illustration en noir et blanc et son design caractéristique...je dirais même presque un hommage. "Doomsday rock n'roll" fait parler la poudre tout au long de ces 12 compositions en ne nous laissant aucun répit, aucune issue permettant de reprendre son souffle ne serait ce qu'une seconde.
Tout n'est malheureusement pas parfait malgré cette bonne impression de départ, car l'ensemble sonne dans sa globalité beaucoup trop homogène manquant cruellement de relief. Les riffs sont efficaces mais beaucoup trop prévisibles et les refrains ne sont pas franchement marquants.
Le seul qui s'ancre réellement dans votre esprit est celui de "Serial killer", très proche d' "Iron Fist", un vieux classique de Motorhead. Ce n'est donc pas un hasard si le groupe l'a choisi comme single.
Malgré ces petits défauts, il faut bien avouer que cet album fait du bien, dépoussiérant vos conduits auditifs, il est parfait pour un plaisir simple et immédiat et c'est bien là le principal non ? Eddie Gus, malgré son look à la Elvis et une tessiture monocorde, assure ses lignes vocales comme un vieux biker nourri au Whisky. Ces Norvégiens sont des rockeurs, des purs et durs et pourtant derrière Chrome Division se cache un certain Shagrath ( si si ), reconverti pour l'occasion à la guitare. Le leader de Dimmu Burgir n'a jamais caché son amour pour le bon vieux Rock crade. Il a osé franchir le pas, loin des sphères ténébreuses et du sérieux du Black métal. Avec ce projet parallèle, à l'instar de Zack Wilde et son Black label Society, il perpétue un savoir faire ancestral, dénué de surprise mais toujours aussi efficace.

Le Rock n'est qu'un éternel recommencement soit mais il ne mourra jamais, tel pourrait être la devise de ce "Doomsday rock n'roll".
avatar
Drajl
God Hard
God Hard

Masculin Nombre de messages : 1270
Localisation : Nivelles
Date d'inscription : 17/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum